© STC/AL/FL

 
  bio

  @


La FNAC agitateur culturel ?
Symptôme

La FNAC après nous guider autour de la réussite éventuelle de nos photos autour de critères communs, nous incitent à acheter des appareils photos numériques pour "laisser parler notre créativité". Que ce passe t il si la créativité s'intéresse à la marque et à son lieu d'exposition.
C'est en photographiant les écrans numériques à la FNAC Montparnasse que je me suis laissé entendre dire qu'il est interdit de photographier dans le magasin.
Si je ne cessais pas de suite l'appareil (acheté à la FNAC) pourrait m'être retiré.


Pathologie
Dans une société qui place la liberté avant tout, dont la communication publicitaire nous vante les vertus de la création ; qu'elles sont les images réellement subversives ?
Les grandes marques n'aiment pas être photographiées, elles craignent l'espionnage commerciales.
Elles sont enclintes à nous vendre les outils mais ne supportent pas le regard réflexif.
Dans cette société d'images et de communication les images les plus subversives ne sont pas les plus évidentes.
C'est en photographiant les linéaires, les leaders d'opinions, les casernes, les caméras vidéo et leurs emplacemens, en diffusant ce travail que l'image devient subversive car elle est interdite...
C'est ainsi que je remercie la FNAC de nous proposer quelques images exceptionnellement subversives...
english

 
16 Septembre2002
 259